Freins à la vente d'une entreprise

La vente d’une entreprise est une opération sensible soumise à de nombreux freins. Vous devez montrer patte blanche au candidat acquéreur et lui prouver qu’aucune mauvaise surprise ne se cache dans le contrat. Les points d’attention les plus importants.

Quels sont les freins à la vente d’une entreprise ?La vente d’une entreprise est un processus incroyablement stressant et fastidieux. Ainsi, de nombreux intervenants peuvent mettre à mal la vente de bien des manières différentes. Rien que les erreurs fiscales pourraient vous coûter 50% du produit de la vente… D’où l’intérêt de travailler avec des professionnels de la transmission, qui gardent un œil attentif sur toutes les étapes de la transmission et les points de vigilance.

Lire aussi : Quels sont les aspects délicats du processus de reprise d’entreprise ?

Les freins à écarter avant la vente d’une entreprise

Comme pour une transaction immobilière, plus vous nettoyez la société en profondeur, plus vous aurez de chances de vendre sans souci. Aussi, pas de vente d’une entreprise sans mettre en ordre vos dossiers financiers et comptables des 5 dernières années. Idem pour tous les contrats avec les employés, les fournisseurs et les clients. Les détails critiques :

  1. Les finances : au-delà des bilans et comptes de résultats, n’oubliez pas de joindre un rapport de trésorerie détaillant les liquidités disponibles et les prévisions pour les mois à venir.
  2. Les dépenses : pour planifier votre stratégie de sortie, vous devez indiquer clairement tous les postes de dépenses. De quoi mettre en évidence d’éventuelles sources d’économie…
  3. Les contrats des employés : listez les différents statuts qui coexistent dans votre entreprise, les avantages de chacun, etc. Soyez très précis dans les termes utilisés et assurez-vous de respecter les différentes législations nationales, sous peine d’effrayer les acheteurs potentiels.
  4. La rotation des employés : il est impératif que vos collaborateurs ne vous lâchent pas alors que vous entamez des négociations avec les candidats acquéreurs. Assurez la fidélité de vos salariés, en étant transparent dans vos intentions. Et si possible, en offrant une prime ou un intéressement sur les résultats de l’entreprise.
  5. L’opérationnel : c’est aussi le moment de vous assurer que le business tourne sans vous. La vente d’une entreprise peut facilement être compromise si les acquéreurs réalisent que le dirigeant ne délègue ni ne transmet son savoir. Mais également si le manuel d’exploitation n’existe que dans sa tête.

Lire aussi : La transmission du savoir en entreprise après la cession

  1. Le bail : assurez-vous d’entretenir de bonnes relations avec le propriétaire, surtout s’il s’agit d’un commerce de détail ou de toute autre affaire qui dépend d’un lieu particulier. Soyez transparent et indiquez-lui que non seulement vous souhaitez vendre mais aussi que vous avez trouvé un repreneur sérieux.
  2. L’inventaire : liquidez le stock excédentaire, nettoyez l’entrepôt… votre entreprise doit être impeccable pour séduire les investisseurs.
  3. Les bureaux : suite du point précédent, triez, rangez et embellissez les emplacements physiques. Le but est de donner l’image d’une entreprise ordonnée, séduisante, dans laquelle on peut avoir confiance.

Une fois tous ces éléments passés au peigne fin, vous pourrez diffuser votre offre de transmission et avancer dans les étapes suivantes de la vente d’une entreprise. Faites-vous accompagner par nos experts en transmission et découvrez les services d’Actoria Conseil.