Corstyrene : les fusions-acquisitions dans l’industrie Corse s’illustrent avec un dynamisme qui s’étend au-delà des frontières de l’Ile de Beauté.Corstyrene : les fusions-acquisitions dans l'industrie Corse
La PME corse s’étend sur la France continentale en reprenant la société Beopan. Installé à Aleria depuis quarante-cinq ans, Corstyrene (125 personnes pour 30 millions d’euros de chiffre d’affaires) est positionnée sur le secteur de l’isolation et des matériaux de construction. Ce spécialiste a récheté le numéro deux français du marché des panneaux de toiture isolants, installé dans le Var, et qui réalise 5,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, et emploie 25 collaborateurs . L’entreprise est connue des chantiers spéciaux. Beopan a, par exemple, participé aux travaux de rénovation de l’Opéra-Comédie de Montpellier (pour lequel elle a installé 2.000m² de panneaux en sous-face bois) et a damé le pion à des groupes étrangers du secteur, comme Knauf, en remportant la couverture du grand garage Citroën de Lyon. Ses marchés couvrent un besoin d’environ 15 millions de mètres carrés annuel et il est en forte hausse, poussé par le durcissement des réglementations sur la performance thermique dans la construction.
Corstyrène n’en est pas à sa première opération sur le continent : il y a deux ans, il a racheté un ancien site industriel dans le Vaucluse pour y installer une usine d’assemblage et une plate-forme logistique. Sa nouvelle acquisition porte à 6 le nombre de ses sites, en Corse, en Sardaigne et en France continentale. Corstyrène entend ainsi capitaliser sur le site de Signes (7,5 hectares), pour industrialiser sa nouvelle gamme Teknofibre (des panneaux aux performances thermiques, acoustiques et feu de premier ordre) et asseoir sa présence dans le Sud de la France. « Nous projetons de passer d’une PME à une ETI en conservant notre statut indépendant », ambitionne Frédéric Lambert son Directeur Général. Objectif : atteindre 50 millions d’euros de chiffre d’affaires avant cinq ans.