La Caisse d'Epargne Provence-Alpes-Corse et la croissance externeLa Caisse d’Epargne Provence Alpes Corse a amorcé en 2015 une profonde mutation. Avec une croissance externe active (acquisition de trois banques à l’Outre-Mer), elle est devenue le 2eme acteur bancaire ultramarin et la 2ème Caisse d’Epargne de France.
La Banque de la Réunion, la Banque des Antilles françaises et la Banque de Saint-Pierre et Miquelon : voilà désormais trois établissements bancaires supplémentaires dans l’escarcelle de la CEPAC. De quoi très largement booster ses chiffres pour l’année 2015 et confirmer son dynamisme.
Car l’année écoulée aura permis de dégager un PNB de 716 M€, un résultat net de 157 M€ ainsi qu’un coefficient d’exploitation de 59%.
La CEPAC peut désormais s’affirmer comme un acteur incontournable sur tous les territoires où elle opère, tant en métropole qu’à l’Outre-mer qui représentera bientôt 30% de son activité contre 12% aujourd’hui.
Grâce aux performances et à la solidité financière développées ces dernières années, la CEPAC a pu réussir cette opération d’intégration majeure tout en continuant d’afficher de bons résultats.
Début 2017, l’établissement bancaire devrait dévoiler sa nouvelle plateforme de marque, un moyen de confirmer ses ambitions, à savoir confirmer sa place de banque puissante et performante.
S’inscrivant pleinement dans sa stratégie de croissance externe mise en place depuis six ans, le rachat des banques de la Réunion, des Antilles françaises et de Saint-Pierre et Miquelon permet à la CEPAC de consolider sa présence sur les territoires d’Outre-Mer à fort potentiel de croissance.
Depuis la fusion juridique, la CEPAC a intégré 125 000 nouveaux clients, 54 agences, 800 nouveaux collaborateurs. Ses encours de crédit clientèle ont fait un saut de 20% et son bilan a enregistré une croissance de 15%.
Parallèlement, la CEPAC va continuer à investir fortement dans ces territoires, où elle a injecté près de 1 Md€ en 2015.
Avec des fonds propres qui s’élèvent à 2,6 Md€, et un ratio de solvabilité avant opération de 18%, la CEPAC utilise ses excédents de fonds propres pour renforcer sa présence sur des territoires où elle n’était pas encore un acteur majeur.
La CEPAC aura dégagé un résultat net de 157 M€.
Avec un coefficient d’exploitation inférieur à 60% elle s’affirme comme l’entité du réseau des Caisses d’Epargne affichant la meilleure performance opérationnelle en 2015.
Cela lui permet d’assurer à ses sociétaires le maximum de rémunération pouvant être servi au titre de 2015, soit 1,81%.